Elle est bio ta spiruline ?

En un mot, non… Et pour une raison toute simple : la spiruline certifiée AB n’existe pas. Pour tromper le consommateur, de grandes marques jouent sur l’ambiguïté de labels « maison » ou apposent le logo d’Ecocert qui valide, sans doute, un cahier des charges mais certainement pas un cahier des charges Bio puisqu’il n’existe pas pour la spiruline !

Dans leurs pratiques, comme dans la philosophie, la plupart des spiruliniers français seront immédiatement prêts à se « convertir » le jour où la liste des pratiques permettant de se prévaloir du label Bio sera définie par les pouvoirs publics. Pour l’heure, les artisans honnêtes développent des trésors de patience et de pédagogie afin d’expliquer pourquoi une marque industrielle du bout du monde affiche un label et pas eux. La réponse tient en un principe : le respect du consommateur. Un respect que ne partage manifestement pas le business de la spiruline et qui nuit à l’image d’intégrité de l’ensemble des producteurs.

La prochaine fois que vous voyez un sachet de spiruline arborant le label Bio ou laissant entendre la même chose, sentez-vous insultés. Ne lâchez pas le marchand indélicat, demandez lui donc de quel droit sa spiruline peut-elle arborer le logo AB. Réclamez le cahier des charges (qui n’existe pas, je vous le rappelle), amusez-vous donc à écouter ses explications vaseuses, ragardez-le se cacher derrière l’image de « sérieux » de très grandes marques dont il ne connait rien… Faites lui passer un sale quart d’heure…

Merci d’avance au nom de tous les producteurs intègres !

 

Ce contenu a été publié dans Enjeux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

16 réponses à Elle est bio ta spiruline ?

  1. Philippe Cousin dit :

    Bonjour,
    Le texte que je lis ci-dessus est très imprécis :
    # vous parlez de spiruline AB ==> il n’existe pas de spiruline sous logo AB, ni d’ailleurs sous logo Bio UE (la feuille).
    # le cahier des charges Ecocert a été « retenu » par la profession en France pour qu’il ne soit pas homologué par le ministère de l’agriculture, sinon il y a au moins 4 ans que nous aurions une spiruline certifiable AB en France.
    # le cahier des charge Naturland (plus exigeant à certains égards que le CDC Ecocert) est homologué par le ministère allemand de l’agriculture, et donc permet à une spiruline d’être certifiable Bio-Siegel (équivalent outre-Rhin de l’AB français)
    # que voulez-vous dire par « marque industrielle » ? : désignez-vous le producteur de spiruline ou l’entreprise (française ou pas) qui commercialise sous sa propre marque ?

    Dans tous les cas, le mot « industriel » est mal adapté car les bassins de production de spiruline les plus importants fonctionnent sur un mode très classique en respectant comme vous le faites vous-même les rythmes biologiques de la micro-algue. De plus, les fermes dites « industrielles » n’utilisent pas certains intrants de synthèse quand elles font du bio (respect des CDC), alors qu’il n’est pas sûr que vous ne les utilisiez pas dans vos bassins…
    Je trouve que votre post est assez partial. Je pense qu’une concurrence loyale et apaisée serait de meilleure augure. Je n’ai personnellement jamais eu recours à des propos comme le vôtre (et vous n’êtes pas le seul spirulinier à agir de la sorte) pour promouvoir la spiruline Natésis.
    Enfin, pourquoi partez-vous du principe que l’intégrité du producteur français est par définition supérieure à celle du producteur lointain ? Pourquoi vouloir embrigader votre lecteur dans un système de pensée unique (le vôtre) sans lui donner tous les éléments techniques qui lui permettent de se faire une idée. Pourquoi le fait d’affirmer sans arguments réels serait une méthode de communication honnete ?
    Je vous invite à plus de modération.
    Cordialement,
    Ph. Cousin

    • admin dit :

      Bonjour et merci de votre intérêt !
      Le point de départ, je l’espère, d’un débat apaisé, transparent et enrichissant. Je pense que nous sommes d’accord sur la majorité des points que vous détaillez :

      1) Il n’existe pas de spiruline Bio sous signe officiel de qualité. C’est l’objet de mon message ainsi que de ma véhémence puisque l’accumulation de mentions « imprécises » sur des produits est de nature à induire nos consommateurs en erreur. Beaucoup pensent consommer de la spiruline Bio, et à tort, vous en conviendrez.

      2) Concernant le terme « industriel », je suis d’accord avec vous mais avec un raffinement : la question n’est pas celle de la culture, certes en bassins et peu importe la surface, mais celle de la transformation : la récolte, le séchage… Personnellement, j’applique le terme « industriel » aux exploitations utilisant le procédé de spray driying, sur lequel je reviendrai très bientôt dans un but de vulgarisation. Un point de vue que l’on peut contester, dont nous pouvons discuter. C’est précisément ce que j’espère de ce blog.

      3) Vous avez raison quant à la véhémence de mon post. Elle n’était pas nécessaire, une approche factuelle aurait été suffisante.

      4) En aucun cas je ne place l’intégrité du producteur français au dessus de celle de qui que ce soit d’autre, je place l’intégrité de celui qui respecte son consommateur au dessus de tout. Si j’ai choisi ce modeste coup de pied dans la fourmilière, c’est justement pour mettre les choses sur la table. Affirmer que les gens pensant consommer de la spiruline Bio sont dupés, faute de signe officiel de qualité est une simple énonciation de faits, que j’estime honnête.

      A toutes fins utiles, voici un message typique de l’entretien de l’ambiguité sur la spiruline « Bio », glanée sur le site internet d’une grande entreprise de la spiruline :
      « A l’issue de plusieurs années de recherche, le site de culture de XXXXXXXXXXX fût en 2006 le premier site à obtenir la certification de production selon les standards de l’aquaculture biologique Ecocert. La maitrise des conditions de culture et la gestion des nutriments naturels certifiés sont les garants d’une production biologique. »

      N’y a-t-il pas là un jeu subtil d’équilibriste destiné à laisser croire que cette spiruline est certifiée AB ? Telle est mon opinion, étayée par le contact avec de nombreux consommateurs ; sans remettre en cause le sérieux d’Ecocert, ni la compétence technique de l’entreprise. C’est la communication qui pose problème.

      Bien à vous, et au plaisir de poursuivre cet échange,
      Benjamin Masson

  2. laurent legrand dit :

    Bonjour, le cahier des charges de l’aquaculture écologique existe bien (posez donc la question à Ecocert) et la tentative de le faire homologuer par la FNAB a échoué à cause justement de petits spiruliniers français qui n’avaient pas les compétences de satisfaire à ses exigences. Ou bien vous êtes de bonne foi mais mal informé, ou bien vous avez raison de conseiller aux consommateurs de se sentir insultés si on leur ment ! Bien Cordialement.

    • admin dit :

      Bonjour !
      Je partage à titre personnel votre regret qu’aucun signe officiel de qualité ne puisse s’appliquer à la spiruline. J’avoue ne pas avoir l’historique et ne contesterai donc pas votre affirmation. Mon post porte sur la communication ambiguë poussant des consommateurs à croire qu’ils consomment une spiruline dite « Bio ». Mon seul but est de tenter de faire, modestement, la part entre des signes officiels de qualité inexistants et des cahiers des charges privés que je ne remets pas en cause, mais qui n’ont rien de signes officiels de qualité.
      A bientôt,
      Benjamin

  3. MARTINEZ dit :

    Bonjour,
    j’achète auprès du Domaine de la Spiruline (Maroc), de la spiruline bio certifiée ECOCERT et USDA ORGANIC.
    Je suis donc un peu surpris par la véhémence de vos écrits qui laisser penser que tous ceux qui mettent en avant ces sigles, seraient des gens malhonnêtes.

    Connaissez vous la spiruline issue de ce producteur ?

    Au plaisir de vous lire.

    Cordialement.

    Franck MARTINEZ

    • admin dit :

      Bonjour,
      Je ne connais pas la spiruline issue de cette exploitation et ne me permettrai donc rien.
      Concernant Ecocert et son logo, il valide le respect d’un cahier des charges. Reste à savoir lequel et ce qu’il y a dedans. Sans quoi le logo n’apporte, à mon sens, pas d’information. Ce qui ne remet en rien en cause le sérieux de cet organisme. La question est celle de la perception de la part du consommateur qui n’a pas forcément le temps de fouiller et associe Ecocert au « Bio ».
      Le label USDA Organic inspire, forcément, confiance. Sans pouvoir aller plus loin dans l’affirmation, je n’ai pas encore trouvé le cahier des charges appliqué à la spiruline, ni le nom de l’organisme certifiant que ce cahier des charges est respecté. Peut-être un lecteur de ce blog aura-t-il des éléments supplémentaires pour nous éclairer.
      Mon seul regret, et l’objet de ces échanges animés, est la facilité à afficher des logos et la difficulté à trouver ce qu’il y a derrière !
      Bien à vous,
      Benjamin

  4. NGUYEN MINH dit :

    tres intéreesant tout ces post!
    alors vous l’achetez votre ‘bio’ spiruline?

  5. alexia dit :

    Quelle spiruline faut-il acheter ?!
    forcément je me tourne vers le bio et la certification ecocert
    mais à vous lire je ne sais plus quoi penser…

    • admin dit :

      Bonjour,
      Ecocert ne veut pas dire Bio ! Cet organisme participe, parmi d’autres, à la vérification du cahier des charges pour le Bio, mais il certifie aussi bien d’autres choses. En l’occurrence, pour la spiruline, le cahier des charges AB n’existant pas, Ecocert vérifie ce que la personne qui le paye lui demande de vérifier. Le problème est que l’on ne sait pas quoi. Ces importateurs jouent sur l’ambiguïté dans l’esprit du public voulant que Ecocert = Bio…
      Je vous conseille donc de vous tourner vers des producteurs français tenant un discours de vérité quant à leurs pratiques et de respect du consommateur. Qu’il s’agisse de moi ou d’un autre artisan proposant de la spiruline en paillettes, donc séchée à froid.
      A votre disposition pour plus de précisions !

  6. Niati dit :

    bonjour,
    je vois que vous vous êtes au même son de cloche tous les administrateurs
    cela veut dire que tout les sites BIO sont de l’arnaque ,mais alors sur toutes les gammes BIO?
    Mais dans ce cas là autant acheter du non BIO et même rien du tout.

    • admin dit :

      Attention, je ne suis pas administrateur d’un site marchand, mais un producteur qui vend la spiruline issue de sa ferme et sait donc parfaitement de quoi il parle. Je n’ai pas dit que tout le Bio était une arnaque, je dis que toutes les spirulines Bio en sont faute de label officiel AB.
      Sur ce point la répression des fraudes ne fait pas son travail, le seul emploi du terme « bio » étant interdit si le produit n’est pas certifié AB avec le logo officiel.
      Que ce soit pour la spiruline ou d’autres produits, n’hésitez pas à adresser un mail à votre DDPP dès que vous tombez sur un site utilisant le terme bio (avec ou sans ecocert) mais sans le label officiel. C’est à eux de faire le ménage afin d’assurer la confiance du consommateur et la loyauté de la concurrence.
      Voici la liste des services départementaux à contacter :
      http://www.economie.gouv.fr/dgccrf/coordonnees-des-DDPP-et-DDCSPP

  7. MACHEBOEUF dit :

    Bonjour,

    Vous paraissez sérieux mais je trouve étonnant pour un producteur de Spiruline de ne pas être au courant du cahier des charges pour être labélisé « Ecocert ». Et pourquoi ne pas vouloir l’obtenir? vous auriez certainement plus de client. Donc je me demande ceci : vous êtes peut être sûr de ne pas pouvoir obtenir ce label car votre production n’est pas des plus naturels?

    • admin dit :

      Bonjour, je vous invite à lire les messages précédents et à vous renseigner sur ce qu’est un label. Pour la dernière fois, ECOCERT N’EST PAS UN LABEL. C’est une boite qui vérifie (avec sérieux) le respect d’un cahier des charges qui lui est confié. En échange de quoi je peux poser le logo de cette société sur ma boite à des fins de marketing. Mais si je ne vous dis pas ce que j’ai payé Ecocert à contrôler, leur logo n’apporte strictement aucune information ou garantie au consommateur, sinon que je le prends pour un jambon en espérant qu’il confonde qualité et organisme certificateur.
      Seuls les signes officiels de qualité ont un sens à mes yeux (AB, Label Rouge, IGP…). Le reste n’est que poudre aux yeux marketing faute de cahier des charges public. Pour de plus amples informations, contactez donc Ecocert. http://www.ecocert.com/controle-prive.
      Bien cordialement,
      Benjamin

      • MACHEBOEUF dit :

        Merci pour votre réponse rapide. Ok je comprends, ECOCERT est un organisme privé, cela a effectivement l’air d’être seulement du marketing, ECOCERT et son client y trouvent leur compte au détriment du consommateur qui peut se faire berner en pensant avoir à faire à un produit labélisé.

  8. Chris dit :

    Bonjour,

    Au hasard du net:

    http://www.123plantes.com/spiruline-poudre/1008-spiruline-bio-en-poudre-500gr.html

    Ce web marchand est donc un voleur….

    • Pas nécessairement, la législation ayant évolué, mais pas dans le sens de la logique, ni de l’éthique. En l’état des textes européens, le logo officiel AB (avec la feuille verte) peut uniquement être apposé sur une spiruline produite hors de l’UE, puisque l’Europe n’a toujours pas de cahier des charges… Imaginons qu’un pays d’Asie écrive son cahier des charges bio dans son coin et que nous ayions des accords commerciaux avec ce pays, alors le logo AB européen pourrait être légalement apposé sur le sachet.
      Ce cahier des charges d’un pays non précisé correspond-il à l’image que vous vous faites du « bio » ? Pas nécessairement. Ne vous faites pas d’illusions, ce n’est pas le petit paysan sous son chapeau de paille qui va descendre de sa montagne péruvienne pour inonder le marché européen de spiruline via des sites marchands…
      Si cette spiruline est « loyale » aux yeux de la loi, c’est donc qu’elle a été produite très loin d’ici. Probablement en Inde, mais je ne voudrais pas m’avancer. Il apparaît cependant étonnant de ne voir aucun organisme certificateur à côté de ce logo. D’autant que l’étiquette commerciale montre de belles paillettes artisanales à côté du mot « poudre », qui renvoie aux habituelles spirulines industrielles low cost obtenues par atomisation. Bref, depuis la rédaction de cet article, l’écart entre l’éthique et l’étiquette s’est encore creusé, faisant les beaux jours des commerçants du bio business et de leurs confortables marges.
      Pour aller au fond de ce dossier, je vous recommande la lecture de cet article rédigé par la Fédération des Spiruliniers de France. Sans doute sera-t-il plus explicite que mes quelques mots.
      http://www.spiruliniersdefrance.fr/spip.php?article11

      Bien à vous,
      Benjamin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *